Consultation gratuite: 05-24- 43-31-42

C'EST la révolution dans le monde des chauves ! Un outil issu de la haute technologie qui, en un rien de temps -trois heures sur le billard -, vous fait une tignasse de lion... La technique de base reste la même : cette vieille bonne greffe de cheveux qui existe maintenant depuis cinquante ans. Sauf que, version 2008, elle est d'une efficacité époustouflante : désormais, en une seule séance, ce sont près de 6 000 cheveux qui pourront d'un coup vous être implantés sur le haut du crâne.
Là où la méthode encore majoritairement utilisée partout dans le monde ne peut en faire pousser que 800 à la fois. Tout ça grâce à un innovant microscope dit binoculaire stéréoscopique qui permet de récolter plus de bulbes à transplanter et de moins les abîmer.


En France, seules 5ou 6 équipes proposent pour l'instant cette technique. La clinique Challeng'Hair, leader de la greffe de cheveux en Europe avec 7 établissements dont un à Paris, et à Marrakech n'utilise désormais plus qu'elle.

« D'habitude, il faut revenir trois à cinq fois ! »


Jusque-là, les techniciens découpaient au scalpel à l'œil nu les bulbes de cheveux prélevés dans une bandelette de cuir chevelu sur la nuque avant qu'ils soient greffés ailleurs sur les zones critiques du crâne. La greffe ne se faisant plus cheveu par cheveu comme autrefois, mais par « unité folliculaire», chacune comptant trois ou quatre bulbes. Désormais, ils se servent du microscope binoculaire pour un travail plus fin. « Les résultats sont spectaculaires, s'enthousiasme Gil Mennetrey, le directeur de Challeng'Hair dont les équipes réalisent 25 à 40 greffes par mois : 100 % des bulbes de cheveux reprennent vie. Avant, il y avait 30 à 40 % de déchets. » Qui dit nouvelle technique dit aussi explosion des tarifs. Pour celle-ci, il faudra compter 30 % plus cher, soit 5 000 à 6000 €, contre 3 000 à 4 000 € pour la microgreffe classique. « Oui, mais, insiste Gil Mennetrey, cela ne se fait qu'en une seule séance ! D'habitude, il faut revenir trois à cinq fois ! » En une séance, soit 6 000 à 7 000 cheveux (environ 2 500 unités folliculaires), c'est tout le dessus de la tête qu'on vous recouvre, mais si l'on veut une chevelure très dense, il faut faire une seconde greffe.


Deux millions et demi à trois millions de Français seraient prêts à tout pour retrouver leur chevelure. Une sacrée manne puisque 65 % des hommes doivent ou devront faire face à un problème de chute de cheveux très localisé - front, tonsure, dessus du crâne - et que 38 % deviendront chauves, plus ou moins partiellement. Pourtant, perdre ses cheveux n'est jamais anodin. « Cela pose souvent des problèmes psychologiques liés à la représentation, continue le spécialiste du cheveu, car la chevelure est un élément essentiel de l'image que nous donnons de nous-mêmes. J'ai vu passer dans mes cliniques de nombreux acteurs dont des Américains, ainsi que tout TF 1 et tout France 2 ! »
 

  Le Parisien